Comment encourager en ultradistance !

Une épreuve d’ultra distance en vélo ou autres, demande un engagement physique et mental énorme. Ce sont des heures d’entrainement, beaucoup de concessions et un budget important. 

Aujourd’hui je veux vous parler du coté mental et notamment des encouragements que vous pouvez donner à vos champions ou championnes qui se lancent dans cette aventure. Partir sur une course de 300 / 500 ou même 1000 km demande un engagement. En effet nos habitudes de cyclistes ne nous demandent pas habituellement de faire des sorties de 20 / 40 / 60 heures ! Le corps n’est pas habitué à ça et suivant l’entrainement on atténue les effets mais les courses sont faites pour aller au bout de soi-même.

Afin de réussir brillamment un ultra il faut un mental d’acier, je ne parle uniquement de mon expérience mais cela peut vous intéresser et vous donner quelques tips ! Bon il faut l’avouer je pousse le renforcement mental à l’extrême en y rajoutant de la frime ce qui me pousse encore plus loin dans ma quête ! Pour moi il est indispensable de créer une bulle positive autour de nous et de se convaincre soi-même. Ex : On ne part pas pour essayer de finir, on part pour faire une bonne course.

Tout ceci est très important, vos encouragements y participent énormément car en pleine course on passe par toutes les émotions (et souvent en quelques secondes) avec la fatigue et les heures sur le vélo on devient sensible.

A savoir que lorsqu’on s’engage dans une épreuve de ce style, on connait la difficulté du parcours, on l’a étudiée, on a regardé la météo prévue, bref on a essayé de prévoir nos efforts et péripéties à l’avance.

Ça y est-on arrive au cœur du sujet ! Il est très important lorsque vous encouragez de prendre en compte la « bulle positive » et être à l’écoute. Si le champion ou la championne veut vous dire qu’il est en galère et que c’est dur c’est son choix et il a envie de le partager avec vous à ce moment-là ! Ce n’est pas le moment de faire de l’humour noir par exemple ! Pas la peine de dire aussi : tu vas voir le prochain col est super dur, il vaut mieux dire : tu vas avoir un col et après une belle est longue descente !

Voici quelques exemples avec les corrections :

(Cet article me fait beaucoup rire mais c’est vrai à 800%)

•    Sur le tracking tu es à 5km/h, qu’es-tu fait ? tu arrives plus à avancer ? 

•    Tu fais que te faire doubler, si ça continue tu vas voir la voiture balai

•    Il va pleuvoir, tu vas prendre une sacrée saucé 

•    Combien il te reste de km ? 

•    Tu vas avoir froid cette nuit

•    Vas plus vite on te rattrape derrière

Il vaut mieux dire :

•    Tu dois être dans une sacrée montée, on voit sur le tracker que tu roules à 5km/h

•    Comment te sens-tu ? Tu as vue d’autres concurrents non ? 

•    Visiblement la météo va pas être terrible, quelle est ta stratégie ? 

•    Question à ne jamais poser ahah

•    La nuit s’annonce fraiche, tu as de quoi te couvrir ? 

•    Ce n’est pas la peine de le mentionner aussi

En fait il faut vous mettre à disposition du cycliste pour donner les informations, les classements, les plaintes, le parcours. S’il veut partager les moments difficiles il le fera, si par contre vous l’influencez en demandant s’il a mal au genoux, s’il a froid, s’il est nul ça finira par rentrer dans sa tête et possiblement créer un abandon…

Distraire les champions ou championnes pendant la course est la meilleure stratégie à avoir ! Donner des infos sur les descentes à venir ou les villages sont des bonnes choses aussi, encore mieux donner l’info de la prochaine boulangerie ou le prochain café !!! Encore mieux, si vous avez la possibilité de venir partager quelques KM avec lui ou elle ou même vous mettre sur le bords de la route pour l’encourager, le réconfort ça marche bien aussi !!!

Je vous encourage ci dessous à rajouter vos exemples en commentaire !!!

One thought on “Comment encourager en ultradistance !

  • Allez, je me lance sur mes stratégies d’encourageuse:
    – Faire comprendre au cycliste qu’il/elle peut appeler à n’importe quel moment, jour et nuit, rien ne peux être plus important que de lui apporter 5mn de soutien si il en a besoin. Il ruine votre nuit de 8h de sommeil? Lui il aura peut-être 15mn dans un ravin en guise de nuit!
    – Vraiment être à l’écoute de ce dont le cycliste a besoin d’entendre, les infos qu’il/elle veut, les encouragements positifs, ou alors lui raconter des blagues et des histoires pour le distraire.
    – Comme la question sur les kilomètres, ne pas demander comment de temps il lui reste pour finir la course.
    – Comme on a vu sur le Bikingman Aura, les pancartes d’encouragements posés au bord de la route marchent très bien et donnent le sourire si la route passe par chez vous!

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>