Le Bikingman Portugal de Julien

Salut Princesse,

Tu es la star du Bikingman portugal, le chouchou du public ! On va revenir ensemble sur ta course. 

Pourquoi ou comment t’es venue l’idée de t’inscrire à cette course ? (1000 km pour 13000D+) C’est quand meme hors du commun et extreme.

J’ai été pilote de motocross puis de FMX pendant plusieurs années…Après ce petit bout de vie j’ai tout arrêté en mettant la priorité sur mes activités pro et ma vie de famille.

J’ai repris le sport sérieusement il y a 3ans puis la découverte du  vélo de route il y a 15mois. Quelques mois après mes débuts sur le bitume en zappant sur la chaine « l’équipe 21 » je suis tombé sur un magnifique reportage, Biking Man à Tawain

Ce fut le coup de foudre, vraiment ! A partir de là je n’ai fait que penser à cette épreuve jour et nuit sans en rajouter ! J’ai franchi le pas avec seulement au moment de mon inscription 6 mois d’expérience sur un vélo de route .

Le challenge était sacrément gros je le savais mais j’avais vraiment confiance en ma motivation pour apprendre et m’entrainer dur afin d’être prêt à affronter cette épreuve extrême .

Le fait d’aller faire cette aventure était vraiment important pour moi,  à ce moment-là,  au-delà du cyclisme, de la discipline, je signé pour aller chercher quelque chose de plus personnel et profond que j’avais vraiment besoin de trouver !

Tu te rends compte que quand tu t’es inscrit t’avais même pas roulé 3000 km dans ta vie ? 

Oui j’en était conscient avant de partir, que la plus longue distance que j’avais roulé sur une journée était 238km (je peux te dire que je m’en souviens heinn !)

On va dire que cet aspect a rajouté du piquant à mon aventure, surtout au niveau incertitude totale !

Comment s’est passé ta préparation ? Tu as réussi à avoir des tuyaux d’autres participants ? 

Tu peux prendre quelques lignes pour expliquer, tu vas peut être donner des tuyaux à ton tour. On va finir plombier tu vas voir ! 

Tout d’abord j’ai eu beaucoup de chance d’avoir Max avec Moi. Il vient d’une famille de cycliste et roule depuis des années avec une belle expérience sur le bike et cela m’a clairement aidé dans ma préparation et ma progression sur le vélo !

Quand Max m’a connu lors de notre première sortie ensemble il m’a observé roulé et je me souviens de ces quelques mots « Juju ta danseuse elle est pourri ça va pas du tout » en gros je ne savais absolument pas me comporter avec les bons mouvements sur mon vélo, je n’avais aucune technique.

Là j’ai vraiment compris que j’avais du boulot devant moi et que le vélo c’était bien plus que juste pédaler. Il y avait une grosse part de technique et que la seule solution pour la chopper c’était d’enchainer les Kms, les cols, les bosses,  les sorties sur le plat… pour rattraper dans un premiers temps mon manque d’expérience.

Avec Max  nous avons enchainés les grosses sorties montagnes. Une des plus grosses sorties que je me souviendrai 210 km 4800d+ avec le Tourmalet/ Soulor/ Aubsique/Marie Blanque. (elle était bonne celle la !! ahah)

Il y a eu aussi 400km dans le Pays Basque  en 2 jours dans des conditions extrêmes avec une hypothermie en haut du col de la pierre st Martin, c’était terrible mais tellement formateur !

J’ai également pas mal dépouillé de vidéos de Pro cyclistes sur YouTube pour mettre en pratique et bosser la technique (comment pédaler rond, répartir la force dans son pédalage, bouger le moins possible sur le vélo et rester en ligne….)

Il y avait donc l’entrainement, mais à cela il fallait continuer mon Job et ma vie de famille.  

Pour cela j’avais donc mis en place un planning bien précis que j’ai suivi à la lettre. Il fallait de la rigueur sur ce point,  je n’avais pas le choix !

A mon pic d’entrainement j’effectuai jusqu’à 25 heures de vélo par semaine (+500/600km). C’était de gros volumes de vélo, j’ai donc également fait le choix d’être suivi par un ostéo du sport afin de pouvoir récupérer et être le plus efficace possible dans ma préparation et éviter la blessure.

Il m’arrivait très souvent de partir à 6h du matin et de rouler jusqu’à 9h30 pour être devant mon ordi pour le travail. J’ai fait très attention à mon alimentation et j’ai également suivi des sessions de sophrologie pour apprendre à contrôler certains points importants comme la fatigue et les possibles douleurs.

Au début j’étais sceptique sur ce point-là de ma préparation mais j’ai rapidement étais surpris par les résultats,  cela m’a vraiment apporté et aidé dans mon entrainement et pendant cette épreuve d’Ultra au Portugal !

J’ai également eu la chance de pouvoir rentrer en contact avec Le fondateur de BikingMan et explorateur Axel Carion qui depuis est devenu un très bon copain !

Il y a Jean Paul Sachet que je n’ai encore jamais rencontré physiquement mais avec qui j’ai été en contact avant mon aventure et qui m’a donné pas mal d’infos sur le Portugal qu’il avait terminé à la 7ème place en 2019.

Nous sommes toujours en contact, Jean Paul est incroyable !  il doit venir avec son fils pour venir découvrir le pays basque, ça va être sympa il me tarde qu’ils viennent pour rouler tous ensemble !.

Avec le recul je pense que mon entrainement a été plutôt bon grâce aux sérieux et à la rigueur que j’y ai mis mais aussi grâce aux personnes qui m’ont entourées, car seul nous ne sommes pas grand-chose ! 😉

Parlons un peu de ta course maintenant. Quel était le plus dur à gérer, le sommeil ou les jambes ? 

Franchement de loin le sommeil car même si je n’étais pas devant j’ai quand même navigué entre la 10ème  et la 17ème places pendant quasi toute l’épreuve donc cela veut dire que j’ai enchainé les Kms avec très peu de sommeil.

Pour vous donner une idée plus précise voilà les détails :

Faro Vila Vicosa : j’ai effectué 333kms d’une traite  / 4600D+ en 14h39  

-Dormi 4H à Vila Vicosa

Vila Vicosa/ Sagresse: 353kms d’une traite /3200D+ en 14H26

-Pas dormi juste repos de 3H à Sagresse

Sagresse/ Faro : 258km 4000d+ en 12h34

Total : en 59h57min soit 2,5 jours pour effectuer l’épreuve

Pour l’alimentation, tu t’es fait combien d’entrecôte frites Portugaise ? 

Zéro entrecôte!! J’ai pas eu le temps de m’arrêter dans des restaurants.

Je m’arrêtais dans des petits commerces de village donc beaucoup de barres énergétiques , 1 sandwich incroyablement bon dans la 1er étape , et des croissants aux chocolats (tous les 300 cf vidéo hahah)  et au moins un café les matins obligé !

Quel est ta meilleure anecdote pendant la course  ?

Ma rencontre avec Stephane Bahier qui est sportif de haut niveau handisport amputé d’une jambe ! (Il roule pour le compte de l’armée de terre). Il a bouclé l’épreuve c’est incroyable! Nous avons partagé quelques km ensemble et j’ai compris que BikingMan c’était ça, des gens incroyables avec des histoires de vie complétement folles et c’est tellement inspirant !

Après ce partage j’ai continué ma route et je crois que cela m’a également sur motivé de voir une telle volonté et joie de vivre !

Après j’ai eu beaucoup de jolies moments sur l’épreuve avec des belles émotions !

Tu te retrouves au milieu d’un pays seul que tu connais pas avec des paysages incroyables et des couchés du soleil digne de ton écran windows, c’était fou !

Bien sûr il y a eu les moments difficiles surtout dans la dernière partie de l’épreuve.

Les derniers 150km dans la douleur, avec une fesse gauche complétement à vif plus une grosse douleur au  genou gauche du à l’usure de ma cale de chaussure gauche.

C’était l’enfer j’ai même pleuré sur le vélo tellement j’en pouvais plus, j’avais peur que mon corps me lâche et que je ne puisse plus avancer du tout.

Clairement c’est le mental qui a pris le relai même si cela m’a traversé l’esprit d’abandonné quand j’étais posé dans une station-service.

Puis j’ai croisé mon Jacko Jacques Barge 68ans qui m’a re-boosté alors je suis remonté sur le vélo et j’ai pédalé jusqu’à la ligne d’arrivée à Faro !

BikingMan c’est une course en solo mais l’état d’esprit est tellement fort que au final nous ne sommes jamais vraiment seul !

Personnellement je compare cette épreuve au Dakar Moto car il y a une grande fraternité qui règne, tout le monde fait sa course de son côté, mais tous à bord du même bateau !

L’humilité tu te la prend en pleine face car tu fais face à des choses et des personnes qui t’obligent instinctivement à y adhérer !

On a vue ton super classement, 16ieme !!! T’attendais tu a faire une si belle place ? 

Même si très peu de monde le savais, ma chérie uniquement car elle me connait par cœur,  je m’étais mis un objectif ( vers la fin de ma préparation) de faire l’épreuve en 3 jours mais sans savoir si j’arriverai vraiment à le réaliser…

Au final je l’ai bouclé en 2,5 jours. Je suis rentré à la maison avec l’agréable sentiment d’être venu chercher ce que je voulais et c’était un ressenti incroyable qui me donne encore envi aujourd’hui d’aller chercher d’autres choses… !

Bon… Tu vas le refaire ??

Oui BikingMan je vais en refaire c’est une certitude car c’est une belle expérience avec des gens incroyables et une ambiance qu’il faut vivre pour comprendre !

J’ai pas mal d’autres idées en tête alors restez connecté à FastClubCC car la Team dans son ensemble est sur motivé pour 2021 ! Oh Oui !!!!!!

Merci JUJU, place à la vidéo maintenant !

Merci à vous et très heureux de partager ma nouvelle passion avec l’équipe de Fastclub CC, des passionnés !

Qui est juju ? ici

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>