Le bikingman Corse de Pierrot

Alors il parait que t’as fait une course de vélo dernièrement ? 

[Rire] Oui une balade de santé 

Comment t’es venu l’idée de t’inscrire alors que tu es « jeune » dans le cyclisme ? 

Je me suis intéressé à l’ultra quasiment dès le départ ! En fait, cela m’attirait plus que les cyclosportives et tout le long de mes progrès je ne pensais qu’à ça ! toujours plus loin ! 

L’année dernière j’ai suivi le Bikingman Corsica #2, j’avais un pote qui la faisait (Laurent Gambotti il a finit 4e) et j’avais dit à Axel que j’ai rencontré à Ajaccio « l’année prochaine je serais sur la ligne du départ… » Finalement pas prêt comme je voulais pour avril je pensais plutôt à 2021… Et puis sur un coup de tête en voyant Benoit Bigot inscrit je me suis lâché ! Des dossards s’étaient libérés et le report en Octobre était parfait pour moi ! Je me suis décidé le 4 octobre ! On verra bien lol… j’ai vu … 

Jusqu’au dernier moment la course était incertaine, tu comptais rouler quand même ? 

Je faisais même parti des résistants ! j’ai harcelé Axel en lui envoyant 10000 messages du style on s’en fou on roule ! on sera là ! On la fait en mode pirate !… bref motivé à bloc ! 

Finalement le fait d’être obligé de dormir à l’hôtel n’était pas si mal ? 

Finalement oui ! Pour une 1ère expérience, je partais dans le total inconnu ! la gestion du sommeil était totalement inconnue pour moi… je pensais dormir quelques heures dans mon bivy au cas ou… mais la solution hôtel était quand même prévue dans le cas ou j’étais vraiment à bout… Donc oui c’est bien venu pour ma 1re expérience. 

Comment t’es tu préparé pour la course ? Tu as réussi à avoir des infos d’anciens participants ? 

J’ai discuté avec Laurent Gambotti surtout et Arnaud Manzanini qui m’a aidé pour l’alimentation aussi et bien sur Benoit ! 

Ma prépa était déjà établie depuis longtemps, je suis en période de construction permanente en fait, je n’avais jamais roulé plus de 158 km et 2800 d+ en une journée ! Et je ne fais du vélo que depuis 2 ans réellement ! Alors il a fallu me préparer encore plus vite et efficacement ! J’ai fait beaucoup de force et d’endurance en Trail et en fixie ! En fait je partais du principe que si j’avais une réserve de force suffisante je pouvais passer partout sans me cramer ! Je me suis mis aussi dans des conditions de stress partir avec une gourde seulement et une barres pour voir comment je réagissais dans des situations compliquées et loin… je me suis débrouillé et je suis rentré même après m’être perdu en Trail pendant 2h à tourner en rond et sans eau lol… ou à 70km de chez moi en vélo… Je me suis surtout préparé mentalement en fait… l’abandon n’était pas envisageable !  

La course a été longue, tu as fait une énorme dernière journée, comment as tu géré ta course ? (tu peux prendre quelques ligne pour vraiment raconter)

Je suis parti mentalement à bloc mais je savais que j’allais passer par toutes les phases possibles et inimaginables de l’euphorie aux pleurs… 

J’ai fait toutes les erreurs possibles les 2 premiers jours ! A part crever ! j’ai cumulé tout ce qu’il ne fallait pas faire ! Mauvais choix de vêtements trop chaud ou trop froid… Trop d’arrêts inutiles, perte de gps… erreurs de parcours… 

Je savais que je pouvais faire 180km et au moins 3000D+ par jour donc je m’étais fixé cette base et j’espérais en pouvant rouler de nuit pouvoir arriver à Porto Vecchio le 1er soir (300km 5900d+) c’était impossible mais je voulais le tenter… malheureusement j’ai fait un début d’hypothermie avant Ghisoni sous la pluie et j’étais parti trop vite le matin ! j’étais à une moyenne de 82% de ma VO2 max au lieu de  65% donc cramé complètement ! J’ avais froid il pleuvait et j’ai multiplié les couches de vêtements, j’avançais plus, j’ai pris froid dans ma transpiration et la barre au ventre…je pleurais sur mon vélo… j’avais ma femme au tel qui me soutenais et me disait allez tu es à 5km du gite… ouais j’avance à 8km/h j’en ai pour 50 min ! J’étais pas bien du tout,  je suis arrivée au gîte de Ghisoni mal mal… j’ai pris une douche chaude pendant 15min puis j’ai vomi toute les électrolytes de la journée ! erreur aussi j’en ai mis une par bidon… ça m’a défoncé… 

Le lendemain j’ai roulé fort pour essayer de rattraper le temps perdu, le peloton était à 100km devant moi et je connaissais le parcours parfaitement, on rentrait dans mon terrain de jeux ! Mais j’ai géré, voyant que je ne pouvais pas les rattraper j’ai décidé de m’arrêter à Levie plutôt que de forcer jusqu’à Propriano il fallait que je récupère encore de la veille. 

De levie à Porto j’ai roulé parfaitement bien je me sentais mieux et j’ai modifié mon alimentation, je suis passé aux Bananes, clémentines, Dragibus et de l’eau ! j’ai poussé jusqu’à Porto en réalisant même quelques PR sur Strava ! C’est dire ! je voulais rouler jusqu’à Calenzana mais sur le groupe tout le monde annonçait que les hôtels ou gîtes étaient complets… Donc tant pis… Porto n’était pas si mal… 

Je me suis mis en tête de finir le lendemain et de faire les 300 kms restants ! J’avais toutes les clés pour y arriver ! et des bananes ! j’en ai bouffé jusqu’à 7 par jour ! 

Le lendemain j’ai recroisé Phil avec qui on s’était doublé plusieurs fois les jours précédents. On discute tranquillement et on se lance le défi de finir ensemble les 300k ! 

On a roulé dans le vent tout le long ! tantôt j’étais bien tantôt c’était lui ! Quelques pauses ravitos bananes clémentines coca et on repartait ! Je l’ai lâché après Nonza car j’étais vraiment en cannes et il restait une 100aine de kms le temps jouait contre nous, pour finir il fallait rouler à 22km/h de moy pauses comprises sur les 300km pour arriver avant 21H heure du couvre feu ! Mon compteur affichait 20H30 on était juste… j’ai appuyé, je ne sais pas du tout où j’ai puisé cette force mais on a monté le col avant le moulin de Mattei en haut du cap à plus de 14 km/h sur des pentes de 6/8% avec 700km dans les jambes et 14000D+ !  Je me souviens faire des relances à 400w dans les coups de culs avant Bastia, j’ai roulé avec la rage ! la force mentale de finir et vite ! La douleur ne comptait plus ! 

J’ai découvert des capacités et des ressources inimaginables auparavant ! 

Ta meilleure anecdote ? 

Meilleures, je ne sais pas mais j’en ai pleins… je pourrais écrire un sketch ! 

Je me souviens avoir un gros paquet de Dragibus dans la sacoche devant la potence et j’ai cassé la fermeture… à chaque trou ou bosse je perdais des dragibus qui sautaient de la sacoche et Phil qui était mort de rire derrière ou alors on faisait semblant de jouer à Mario Kart en jetant les peaux de bananes… en fait quand tu es dans la douleur et dans la course contre toi même un rien peut te faire éclater de rire… 

Si tu dois donner un conseil à ceux qui veulent s’inscrire, ça serait quoi ? 

Allez-y ! Pensez surtout à une alimentation simple et naturelle et roulez ! 

2 ans de vélo, l’année dernière j’ai fait 2700km… je n’avais jamais roulé plus de 158km et 3000D+ dans une journée alors tout est possible ! En 5 jours c’est faisable… il faut découper le parcours en 5 jours et rouler 170 km 3000D+ sur une journée pour être finisher… c’est déjà énorme oui ! 

Après pour viser un temps plus bas il faut bosser plus mais pour une 1re expérience et cumuler pleins d’erreurs c’est un beau défi ! 

Bon tu vas le refaire ? 

Je suis sur liste d’attente pour l’édition 2021 car avec le rapport des absents liés au Covid c’est complet… mais j’ai bon espoir ! Sinon j’attends l’ouverture des inscriptions pour le Portugal 2021. 

Le BM France et Euskadi tombent mal dans mon planning et je bosse… dommage le Pays Basque me tentait vraiment ! 

Merci Pierrot !!! Repose toi bien !

T’es fou j’ai déjà repris ! Je n’ai qu’une envie c’est rouler ! 

Merci Maxime et merci Fastclub ! 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>